Cabinet de consultations 

13,  rue Victor Hugo

92800, Puteaux

Les consultations de Naturopathie ne se substituent pas à un suivi médical,  et aucun diagnostic n'est réalisé.

 

Contact

Tél : 06 34 11 84 36

Mail: jessicapiquer@gmail.com

Se protéger des virus avec les huiles essentielles, c'est possible .

 Parmi les propriétés les mieux connues et reconnues des huiles essentielles (HE), on peut citer leur caractère anti-infectieux,certaines d’entre elles étant même très appréciées pour leurs vertus antivirales et immunostimulantes remarquables. Ces deux effets majeurs ont largement été constatés par des utilisations traditionnelles anciennes, puis démontrés par des études scientifiques. Certaines auront à cet égard une action plus intense que d’autres, mais quasiment toutes sont anti-infectieuses. »Michel Faucon, docteur en pharmacie et aromatologue, sait de quoi il parle. Il a participé à la rédaction du Consensus d’experts en aromathérapie scientifique*. Les conclusions de ce Consensus constituent un guide des bonnes pratiques dans l’utilisation des huiles essentielles, notamment en milieu hospitalier.


Un stick inhalateur


La voie olfactive permet aux composés aromatiques volatils, lors d’une respiration profonde, d’atteindre les alvéoles pulmonaires avant de diffuser dans le sang. Pour l’efficacité de ce bouclier aromatique, on mise sur plusieurs huiles essentielles choisies pour leurs propriétés antivirales et renforçant nos capacités de résistance aux agents pathogènes dont les virus.

« Ainsi, la synergie moléculaire (oxydes + alcools) de  l’huile essentielle de ravintsara qui contient 50 à 65 % de 1,8 cinéole et 5 à 10 % d’alpha terpinéol, chimie du reste assez semblable à celle de l’huile essentielle d’eucalyptus radié, assure-t-elle de bonnes propriétés virucides (grippe, zona, herpès virus…) », précise Michel Faucon.

La présence de ces molécules explique son fort tropisme respiratoire dans ses aspects mucolytiques et expectorants. « Compte tenu de son excellente tolérance, on peut donc raisonnablement l’exploiter comme outil complémentaire en cette période de crise de Covid-19. Même si l’on doit soigner avec une huile essentielle et son totum moléculaire complet plus qu’avec telle ou telle de ses molécules », conclut le spécialiste.





Recette de mon stick inhalateur antiviral



  • HE de ravintsara 1,8 cinéole (Cinnamomum camphora) : 2 ml (80 gouttes environ)

  • HE d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) : 1,5 ml (60 gouttes environ)                   

  • HE de sapin baumier (Abies balsamea) : 1 ml (40 gouttes environ). 


Mode d’emploi : placer quelques gouttes de cette synergie aromatique sur le filtre en coton d’un inhalateur .


Rajouter quelques gouttes de la synergie dès que l’odeur s’estompe. Si vous ne trouvez pas d’huile essentielle de ravintsara, vous pouvez la remplacer par de l’HE de saro (Cinnamosma fragrans). D’autres HE peuvent être adaptées à la situation : HE de niaouli (Melaleuca quinquefolia), de marjolaine sylvestre (Thymus mastichina), de laurier noble (Laurus nobilis), de lavande aspic (Lavandula latifolia ou spica).


Posologie : avant et après des courses par exemple, effectuer plusieurs inspirations de deux à trois secondes. Répéter ces inhalations plusieurs fois par jour. D’un usage très pratique, le stick inhalateur est personnel, il est interdit de le partager.


A vos marques , prêts, inspirez !




212 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now